terra-incognita-bdTerra Incognita – Serge Perrotin – Chami -Épisode 5

Bernard avance sur les pages du Terra Incognita 4 (premier tome du cycle II) tandis que je me mets en quête d’un nouveau coloriste. L’excellent Jean Verney, qui nous a accompagné sur les trois premiers tomes de la série, ne souhaite pas continuer l’aventure. Lors de la recherche d’un coloriste pour le projet Il Pennello, j’ai fait la connaissance de Bry par l’intermédiaire du dessinateur Jean-Philippe Pogut. Bry a réalisé un essai qui n’a pas été retenu mais que j’ai trouvé fort intéressant. Je lui propose de faire un essai sur quelques pages du Terra incognita 4. Elle accepte et nous envoie rapidement des pages de très belle facture que nous validons illico. Elle ne sait pas encore qu’elle se lance sur un album dont le dessin va s’étaler sur six années. La vie entraine en effet Bernard sur des chemins de traverse où il reste de longs mois sans toucher un crayon…

En 2013, nous voyons enfin la fin du tunnel. Bernard et Bry – qui ne s’est jamais découragée, merci à elle ! – travaillent sur les dernières planches. Pendant le long délai de réalisation de l’album, j’ai eu le temps de cogiter sur notre future maison d’édition. J’ai trouvé son nom : « Éditions Monkey Verde » du nom d’une auberge de jeunesse mexicaine où j’ai passé du bon temps dans les années 90. Mais le plus difficile n’est pas, bien sûr, de trouver un nom pour la maison d’édition, ni même d’imprimer l’album, mais bien de le vendre. Ni Bernard, ni moi – et encore moins Bry qui ne supporte pas la foule – souhaitons passer nos week-ends en festival afin d’écouler notre futur stock.

Il nous faut donc un diffuseur et un distributeur.

editeur-bandes-dessineesLe diffuseur démarche les libraires avec sa force de vente pour placer le titre tandis que le distributeur s’occupe du transport physique des livres vers les points de vente. J’ai la chance de connaître Bruno Bertin depuis de longues années. C’est un auteur breton, un self made man qui a créé sa maison d’édition – les Éditions P’tit Louis – il y a une vingtaine d’années afin de publier sa série « Vick et Vicky ». C’est un homme honnête et fiable qui connaît bien le microcosme économique de la bande dessinée. Il est également le diffuseur et le distributeur de ses livres sur le Grand Ouest. Je lui parle de notre projet et lui demande s’il accepterait de diffuser la série Terra Incognita. La série car, durant la réalisation du tome 4, les éditions Théloma ont déposé le bilan.

Nous avons donc, de fait, récupéré les droits des trois premiers tomes que nous voulons rééditer avec le T4. Bruno accepte de diffuser et distribuer notre série. Ne reste plus qu’à créer la structure Monkey Verde et verrouiller logos, couvertures et maquettes. Pour celles-ci, Bernard décide de repartir des maquettes Théloma que nous trouvons esthétiques. Il dessine ensuite plusieurs avant-projets de couvertures pour le T4. Aucun ne nous emballe vraiment. C’est alors que Bry, voyant nos hésitations, nous envoie un rough possible pour la couverture. On y voit le temple mexicain de Palenque avec en toile de fond une splendide maya tenant devant son visage le masque de jade du prince Pakal (voir ci-dessous). Nous flashons immédiatement sur la proposition de Bry que Bernard dessine dans la foulée. Nous venons de trouver notre visuel pour « Aoura« , le T4, et je viens de trouver une dessinatrice de grand talent pour dessiner le T5. Cette couverture est en effet le dernier dessin (hors dédicaces exécuté par Bernard pour la série Terra Incognita…

Source : Facebook Serge Perrotin